Recherche dans ArtWizard

Expositions numériques, le business pour l'avenir de l'art

Expositions numériques, le business pour l'avenir de l'art

Paolo Corticelli 18.08.2021

 

Une visite virtuelle peut-elle remplacer une visite réelle dans une galerie ? Ces deux types de communication peuvent-ils coexister avec l'art ? Nous en parlons avec une experte, Angelina Liakova.

Peut-on combiner la Valse No.2  de Chostakovitch avec un article du Code de procédure pénale ? Ou admirer un tableau de Michelangelo Merisi, ou du Caravage, tout en préparant un dossier dans un litige civil ? Bien sûr, peut-être pas en même temps, mais pour l'avocate Angelina Liakova, qui vit et travaille à Sofia, l'application du droit et l'admiration de l'art dans ses différentes expressions trouvent une synthèse grâce à sa sensibilité et à sa curiosité. Et depuis quelques années, en 2017 plus exactement, elle a créé une plateforme numérique nommée Artwizard, le magicien de l'art, pour la vente en ligne d'œuvres d'art. Elle a récemment ouvert un bureau à Vienne et pense que le marché de l'art sera rétabli dans tous les segments après la pandémie.

 

Angelina Liakova - la propriétaire d'ArtWizard

 

Qu'est-ce qui vous a poussée à vous lancer dans cette aventure, qui est devenue une seconde entreprise ?

En tant qu'avocate, j'ai toujours aimé les défis, car la profession d'avocat, contrairement à la croyance qu'elle est monotone et ennuyeuse, est en fait extrêmement dynamique, pleine de jeux d'esprit, d'analyse et de recherche de solutions à des situations difficiles dans la vie comme dans les affaires. Je suis spécialisée dans la technologie numérique et j'ai travaillé pendant de nombreuses années dans les secteurs de l'informatique et des télécommunications. En tant qu'avocat, je trouvais chaque jour des solutions de haute technologie. En même temps, j'ai une formation en sciences humaines axée sur les arts, l'histoire de l'art et les arts visuels. Moi-même, ainsi que ma famille, sommes des collectionneurs d'art. J'ai également une très forte passion pour la musique. À un moment donné, j'ai découvert que j'étais trop occupé par mon travail d'avocat pour pouvoir visiter des expositions, et j'ai décidé de créer une plateforme (artwizard.eu) par laquelle on peut "visiter" des expositions virtuelles. C'est ainsi qu'est née l'idée des expositions numériques, bien avant que la pandémie n'oblige non seulement les galeries mais aussi les grandes expositions d'art à présenter leur travail en ligne.

 

Quels sont les artistes qui exposent à Artwizard ?

Nous avons commencé par exposer des artistes bulgares contemporains de renommée mondiale, dont certains ne sont plus en vie. Petit à petit, comme nous sommes une plateforme mondiale, nous avons été rejoints par des artistes contemporains du monde entier. Il y a un an, nous avons commencé à étendre notre présence commerciale à d'autres villes européennes, nous avons ouvert un bureau à Vienne et nous sommes en train d'y établir une succursale, travaillant avec des galeries et des artistes contemporains autrichiens établis.

 

Vous présentez également des galeries. Comment sont-elles choisies et comment travaillez-vous ensemble ?

Nous choisissons les galeries en assistant à des expositions d'art et sélectionnons celles qui correspondent à notre orientation vers l'art contemporain, de préférence avec des auteurs établis. Bien que nous soyons une plateforme d'expositions numériques, le contact personnel avec les galeries et les artistes est très important pour nous car, contrairement à d'autres plateformes, nous faisons des présentations individuelles des auteurs et des galeries en trois langues. Le contenu de la plateforme est traduit en temps réel par des traducteurs physiques, et non par des machines. En outre, nous n'obligeons pas les artistes et les galeries à télécharger et à traiter le contenu eux-mêmes ; nous le faisons nous-mêmes, ce qui leur fait gagner beaucoup de temps.

 

Une partie de l'exposition virtuelle de l'ArtWizard

Une partie de l'exposition virtuelle de l'ArtWizard

 

La pandémie a-t-elle affecté les ventes d'art en ligne ?

Oui, malheureusement, la pandémie a eu un impact négatif sur les ventes d'art dans le segment dans lequel nous opérons. Le commerce de tableaux et d'œuvres d'art en général a même augmenté dans certains endroits, mais dans un segment très élevé, car certains tableaux achetés à titre d'investissement sont arrivés sur le marché et, dans le même temps, des collectionneurs qui n'ont pas été touchés par la crise ont trouvé le bon moment pour acheter. Toutefois, cela est vrai pour les maisons de vente aux enchères du rang de Sotheby's. Dans le même temps, on assiste à un phénomène extrêmement intéressant : l'art numérique émerge, produit et vendu sur le principe du bitcoin et payé avec des bitcoins. Il s'agit d'œuvres d'art dites NFT - certificat d'authenticité d'œuvres d'art numériques, qui sont des images numériques, mais codées de manière unique, tout comme les bitcoins sont codés et inventés. Le marché de l'art dans ce sens n'est absolument pas le même et c'est un défi sérieux, mais nous aimons les défis.

 

Une nouvelle période de programmation de l'UE est imminente, dans laquelle une proposition spéciale se concentre sur les projets culturels. Avez-vous l'intention d'y participer ?

Oui, nous participerons certainement, pour autant que les projets soient élaborés d'une manière claire, transparente et équitable qui permette l'égalité des droits de participation.

 

Comment voyez-vous l'avenir de l'art ?

D'une part, la pandémie, mais aussi le mode de vie trop trépidant, ont définitivement encouragé le commerce en ligne, non seulement dans le domaine de l'art, mais aussi dans de nombreux autres domaines. Dans le même temps, assister à une exposition d'art en direct reste une expérience particulière, car aucune technologie ne peut remplacer le contact humain. C'est pourquoi les deux types de communication avec l'art sont très importants. En outre, nous constatons que l'art sauve l'âme des gens précisément dans les moments les plus difficiles de la pandémie.

 

Publié sans abréviations du Il Velo Di Maya Magazine