Recherche dans ArtWizard

Georges Braque. Le Fondateur du Cubisme...

Georges Braque. Le Fondateur du Cubisme...

ArtWizard, 12.08.2019

 

"Ce qui m'a surtout attaché et qui est devenu la direction principale du cubisme, c'est la matérialisation du nouvel espace que j'ai ressenti. J'ai donc commencé à me concentrer sur la nature morte, car celle-ci possède un espace tactile que l'on pourrait presque qualifier de" manuel ". … Pour moi, cela correspondait à un souhait que j'avais toujours eu en contact avec une chose plutôt que de simplement la regarder. Cet espace m'attachait tellement parce que la quête de l'espace était avant tout une quête cubiste. La couleur ne jouait qu'un rôle mineur. La lumière était le seul aspect de la couleur qui nous intéressait. La lumière et l’espace sont étroitement liés et nous les avons traités ensemble."

Georges Braque est l'un des artistes Français les plus éminents du XXe siècle. Il est surtout connu pour être le fondateur du cubisme aux côtés de Pablo Picasso, bien qu'il ait réalisé d'autres formes d'œuvres telles que l'impressionnisme, le fauvisme et même certains styles de collage, qui réunissaient une série de pièces imaginatives, de couleurs vives et formes et styles d'art distincts. Il est né dans un petit ville près de Paris et était à l'époque inspiré par les artistes français impressionnistes et post-impressionnistes de la société d'art parisienne.

Jeune homme, il travailla pendant la journée comme peintre en bâtiment et décorateur, dans les mêmes domaines que son père et son grand-père, et suivit des cours du soir à l'Ecole des Beaux-Arts du Havre, en France. En 1902, il a obtenu son diplôme de décorateur, mais a continué ses études d'art à l'Académie Humbert, où il a étudié jusqu'en 1904.

Les premières œuvres de Braque étaient impressionnistes, mais passèrent à un style Fauviste après avoir vu les œuvres exposées par les Fauves en 1905. En 1907, ses œuvres Fauvistes étaient exposées au Salon des indépendants. Un trait distinctif de ses œuvres à cette époque était non seulement une beauté décorative unique, mais aussi beaucoup plus vivante que celle d’autres artistes, la construction de la composition. Contrairement aux autres peintres Fauvistes, Braque attachait une attention non seulement à la position des éléments de couleur sur le plan de l'image mais également à la construction d'espace.

Même à cette époque, il était davantage inspiré par les compositions de Cézanne que par les couleurs utilisées par Van Gogh. Il découvre ensuite le fauvisme et suit les couleurs et les styles de ce mouvement artistique. Il connaissait alors André Derain et Henri Matisse. Plus tard, il travailla beaucoup avec Picasso, réussissant à transformer le fauvisme en cubisme en tant que nouveau style artistique. Ils ont changé la forme conventionnelle de représentation des objets d'art.

Bien que Braque ait commencé sa carrière en peignant des paysages, il découvre en 1908, aux côtés de Picasso, les avantages de la peinture de natures-mortes.

Braque a expliqué qu'il «… commençait à se concentrer sur les natures mortes, car dans la nature morte, vous avez un toucher, je dirais presque un espace manuel… Cela répond à l'envie de penser que j'ai toujours dû toucher à des choses et pas seulement les voir. … Dans l'espace tactile, vous mesurez la distance qui vous sépare de l'objet, tandis que dans l'espace visuel, vous mesurez la distance qui sépare les choses les unes des autres. C'est ce qui m'a conduit, il y a longtemps, du paysage à la nature morte »

Outre les peintures cubistes, Georges Braque a également expérimenté les collages et l'utilisation de la toile entière pour transmettre des pièces créées. En 1922, il présente à Paris une exposition personnelle qui remporte un vif succès. Non seulement il attache beaucoup d’attention à son travail, mais également à la nouvelle forme qu’il a présentée avec Picasso. Il présentait non seulement les nouvelles couleurs et les peintures de style collage, mais contribuait également à le propulser sur le devant de la scène artistique, en tant que nom important de cette période. Il est intéressant de savoir que Braque a maintenu que Matisse, membre du jury du Salon d’Automne en 1908, avait rejeté une sélection de peintures de paysages Braque influencées par Cézanne. Une des raisons qui expliquent la décision de Matisse est son amertume parce que Braque l’avait abandonné au profit de Picasso. Officiellement, les œuvres ont été rejetées car elles étaient constituées de «petits cubes», marquant les origines du «Cubisme».

À partir de 1909, Braque commence à travailler en étroite collaboration avec Picasso, qui développait un style de peinture cubiste. À l'époque, Picasso était influencé par les impressionnistes, l'art africain, en particulier les masques, et Braque s'intéressait principalement au développement des idées de Cézanne sur les perspectives multiples. Certains critiques disent que ’« une comparaison des œuvres de Picasso et de Braque en 1908 révèle que sa rencontre avec Picasso avait davantage pour effet d’accélérer et d’intensifier l’exploration des idées de Cézanne par Braque, plutôt que de détourner de façon essentielle sa pensée. "

Braque n’apprécie pas immédiatement le travail novateur de Picasso sur le cubisme, mais les deux hommes développent néanmoins une relation étroite. Introduits par Apollinaire, les artistes ont exploré les philosophies de l’abstraction et, en 1912, Braque a expérimenté la sculpture sur papier et sur carton, ce qui lui a valu le surnom de «Wilbur Wright» de Picasso. Les deux artistes visaient à éliminer tout élément subjectif de leurs œuvres et ont même refusé de les signer à la main.

Plus tard, l'artiste a expérimenté différents styles, mais il y a toujours eu des aspects du style cubiste dans chaque pièce qu'il a créée, quelle que soit la période dans laquelle il travaillait ou le nouveau style sur lequel il était concentré.

Pendant des décennies, Braque a laissé certaines de ses œuvres inachevées, comme des œuvres comme «Guéridon» (débuté en 1930 et achevé en 1952) pendant des années avant de les terminer. Cela a entraîné des interruptions stylistiques dans son œuvre, certaines œuvres présentant des techniques bien plus anciennes ayant été insérées dans sa production actuelle. La patience inimitable de Braque explique cette pratique, l’artiste ayant attendu que les œuvres révèlent leur identité.

Braque a été le premier artiste vivant à présenter une exposition personnelle au Louvre.

L'artiste a été chargé de peindre trois plafonds dans la salle étrusque du Louvre. Les trois panneaux représentent un grand oiseau, motif des dernières étapes de la vie de Braque. Braque a pensé le motif «universel» lui permettant de peindre de l'espace tout en respectant les contraintes bi dimensionnelles. En 1961, Braque se voit attribuer une exposition personnelle au Louvre, intitulée «L’Atelier de Braque».

Braque a passé les trente dernières années de sa vie à Varengeville (France) et sa présence est marquée par trois vitraux qu'il a conçus pour la chapelle. À la suite de funérailles nationales, Braque fut enterré dans le cimetière de Varengeville aux côtés d'artistes tels que Jean-Francis Auburtin et Paul Nelson. Le cimetière en haut d'une falaise recule d'environ un mètre par an, malgré de nombreuses tentatives préventives: comme les vestiges qu'il cache, le cimetière est victime des éléments. Une fin poignante, peut-être, pour un artiste qui comprend la métamorphose et les circonstances. Bien que l'artiste ait eu des problèmes de santé pendant la majeure partie de sa vie, il a réussi à créer et à diriger un nouveau mouvement artistique. Aux côtés de Picasso, Georges Braque a sans doute été l’un des peintres les plus influents du début du XXe siècle.